A l’ombre

L’eau y jaillissait de mille bouches secrètes

alentour on jouait un grand concert

de feux d’artifices

et mes paupières

comme des abats-jour défraîchis

écartaient et fanaient la lumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.