Analyses de pratiques et supervision

Analyse de pratiques et supervision

Analyse de pratiques et supervision

La supervision ou le groupe d’analyse de pratiques s’adresse à des personnes ou à une équipe. En s’appuyant sur des situations concrètes et quotidiennes et sur l’expérience de chacun, elle permet de réfléchir sur son fonctionnement professionnel.
Elle vise à développer le savoir-faire et le savoir être : augmenter ses compétences professionnelles, développer la communication avec ses collaborateurs, offrir de meilleures prestations aux clients, améliorer les conditions de travail, l’ambiance d’un service…

 

Le protocole du groupe d’analyse de pratiques a été constitué à partir du modèle des groupes Balint. Michaël Balint (1896/1970) était médecin et s’intéressa très tôt à ce qui se jouait dans la relation praticien/patient, en particulier le transfert et le contre transfert, grâce à sa formation psychanalytique.

Son interrogation était la suivante: « Comment le groupe peut-il aider tel praticien avec tel patient à tel moment de son évolution ? ». On croit souvent que ces groupes furent exclusivement mis en place à l’intention des seuls médecins ; en réalité, ils débutèrent en 1948 avec des travailleurs sociaux et furent ensuite étendus aux soignants et à des groupes professionnels variés.

En fait, quand il s’agit de coachs on parle plutôt de supervision et, s’il s’agit d’autres professionnels, d’analyse de pratiques. C’est le cas pour des DRH, des managers et, plus généralement, des personnes qui assurent des fonctions d’encadrement.
Dans le groupe, chaque personne, quelle que soit son rôle dans l’organisation, peut évoquer, en toute liberté et sécurité, les situations professionnelles qu’elle rencontre, ses difficultés, et partager avec d’autres informations pratiques et savoir-faire.
Le groupe est placé sous l’égide d’un régulateur, coach senior, psychologue, psychanalyste dont l’expérience va garantir la liberté de parole de chacun en lui permettant de s’exprimer dans un cadre fonctionnant sur la confidentialité et le respect mutuel.

Sa présence ouvre au dialogue et à l’exploration de problématiques qu’il est souvent difficile d’exposer à l’intérieur d‘un service.

 

Le protocole fonctionne d’abord sur la parole et l’écoute. Cependant, dans certains cas, différentes techniques destinées à favoriser l’échange, sont utilisées telles que jeux de rôle, dynamique de groupe, empathie, reformulation.
Le projet des séances d’analyse de pratiques est, à la fois, de réaliser un objectif de formation et un objectif personnel. Le supervisé est amené à s’interroger sur ses attitudes, ses propos, ses perceptions et ses émotions.
En prenant de la distance, sa lucidité se développe et l’aide à mieux gérer des situations complexes. En renforçant ses qualités d’investigation, elle va lui donner accès à des conflits internes plus ou moins conscients.
Mais pour qu’un véritable travail de maturation puisse avoir lieu, il faudra mettre en place des séances régulières sur une durée déterminée.