Publications

A l’ombre

L’eau y jaillissait de mille bouches secrètes

alentour on jouait un grand concert

de feux d’artifices

et mes paupières

comme des abats-jour défraîchis

écartaient et fanaient la lumière

A vide

La difficulté de mourir

en supportant le poids de sa tête

sur une main

Sur le banc

Un banc vert

L’air y tremble de lumière

Un étang qui s’encanarde

Les mots et les mains coulent sur nous

J’écoute leur ressac

Ils jaillissent et retombent

 

Je voudrais conserver cette source au creux des paumes

J’en ferais des remparts de mille pieds

des fossés sans pont

 

Mais ton image déjà me fuit

L’attente

l’inquiétude

ne me courbent plus en deux

comme un mal insondable et irréversible

 

Tu t’en vas ombre douce amère

Et s’efface ton reflet sur la vitre

où j’appuie mon front

 

Des vies pour se trouver et pour se perdre

Le billet

Dans cette mince feuille tu renaîs

si fort que j’entends battre ton coeur

et vois saillir les veines en marge

Elle palpite et se crispe

Tu l’animes

Elle tremble

Les mots comme des flocons de neige

tombent et nous atteignent

fondent et disparaissent

se retrouvent et renaissent

intemporels et plus vivants que le hurlement du loup

 

Feuille et chair

chair et os

Le masque se soulève

il parle enfin

Rouge et noir

Sang et neige

La pluie s’accroche au miroir fêlé du ciel

tranchantes gouttelettes

Le vent râle ou bien

c’est le vieil homme

au seuil de la mort

 

Sang et neige

le ciel s’est embrasé

Des éclairs claquent

Le doigt sur la gachette

un oiseau voudrait s’emparer de la lumière

Mais elle glisse

et se faufile

et toujours plus haut

vole

 

Faim et sang

Une vieille crainte renaît dans les maisons où se terre le sang

L’amour

L’amour élargit l’espace intérieur

Autour de lui je me situe et je m’oriente

Je ne dis pas

Par rapport à lui

Juste comme autour de son axe

la terre se charge d’ombre et de lumière

Musique de la douleur

Rire jusqu’à en crever

pleurer jusqu’à en rire

 

Afin que la douleur jaillisse de la peau

comme une fleur du mal géante et épanouie

 

Ou bien creuser son trou

comme une bête

s’y enfouir

croire pour ne plus croire

penser jusqu’à l’absurde deviné

pour que les pas sonnent le creux dans la tête

pour qu’ils soient confondus avec le souffle

d’une fantastique horloge

 

La douleur se fait douce alors

Elle fait comme une seconde peau

Vivre

Donnez moi quelque chose

pour vivre

une main un visage

l’ombre d’une ombre

 

Je n’en peux plus de ces murs

de ces mots

qu’ils ne prononcent pas

je hais leur silence leur bonne conscience

leurs sautillements de moineaux

Je frotte ma douleur aux reins

 

Donnez leur donnez moi du sens

et tout le reste n’est que fioritures

lambris défaillants d’une pièce qui se désagrège

Voutes dédorées pour accords d’orgue

dans une église déserte

Par la fenêtre

Fenêtre

Un rectangle vert pâle

encadrant une toile bleue

Bleu nuit bleu indigo

Ce soir tout est dingo