Coach-Formatrice


Luce JANIN DEVILLARS vous parle de Coaching


À l’origine, un coach, c’est un entraîneur qui mène son équipe à la victoire. Démarrer un projet de vie ou un projet professionnel, c’est décider de mettre toutes les chances de son côté pour le réussir et, si possible, en souplesse et dans une bonne ambiance. Ce programme exige d’avoir les idées claires, un plan bien défini et de l’énergie à revendre. Vous allez bien, vous vous sentez plein d’entrain, parfois un peu moins, mais vous craignez de ne pas arriver au bout de votre rêve. Et si vous décidiez de vous faire accompagner ?


Le Coaching – qu’est-ce que c’est ?


Le coaching se doit à votre réussite, à votre évolution, à votre développement personnel, à la libération de votre potentiel et à la place qui leur revient dans votre vie, ou dans le système des organisations et des entreprises. Il consiste à vous accompagner – en individuel ou en groupe – dans la définition et l’atteinte de vos objectifs, pour vous aider à réussir votre évolution personnelle et/ou professionnelle. Un accompagnement qui vise à développer vos talents, à permettre l’émergence et la mise en place d’une stratégie de réussite, en conservant vos équilibres, ou en les retrouvant.

Le coaching se polarise sur les solutions, plus que sur les problèmes. Cependant, ces solutions ce n’est pas le coach qui vous les donne, c’est vous qui les trouvez. Le coaching n’est pas une psychothérapie ou une psychanalyse. Il peut toutefois les compléter. Il est écoute avant toute chose. D’ailleurs les chartes des fédérations de coach professionnel mentionnent-elles « Le coaching n’est pas une psychothérapie mais il est toujours thérapeutique ».

L’écoute est hospitalité intérieure – Maurice BELLET, prêtre et théologien français, 1923-2018


Le Coaching clinique psychanalytique – Une spécificité


Il associe toujours vie personnelle et vie professionnelle, une approche globale qui vous aide à comprendre le pourquoi de vos interrogations, de votre malaise, avant de vous aider à chercher comment construire une réponse, la vôtre, la seule qui vaille.

Ce qui singularise le coaching clinique c’est que le coach, qui a lui-même effectué un travail personnel approfondi – psychanalyse, psychothérapie – est globalement au clair avec sa propre histoire. Il est capable d’entendre tout aussi bien ce qu’il en est des objectifs professionnels que de ce qui constitue certains éléments de l’existence de son coaché.

Sans pour autant verser dans la thérapie, il sait qu’il a besoin de comprendre certains éléments de l’histoire personnelle de son client afin de l’aider à réaliser ses objectifs. Il ne s’agit pas pour lui d’aller dans le champ de l’intimité mais de ne pas non plus saucissonner le coaché en séparant, de manière radicale, vie au travail et vie personnelle.

Vie personnelle et professionnelle : une interaction constante

Prenons l’exemple de la délégation et du manque de confiance en soi, deux objectifs faisant fréquemment l’objet d’une demande de coaching et, souvent, après que le coaché ait suivi des formations en ce domaine. La capacité de déléguer repose sur une indispensable confiance en soi. Car comment faire confiance à un tiers si, sur ce point, on manque de sûreté ?

Mais la confiance qu’on s’accorde ne se mesure pas à l’aune de son premier poste en entreprise. Cette confiance ou non confiance s’est construite beaucoup plus tôt dans notre histoire, généralement dans l’enfance grâce a un environnement familial sécurisant ou pas, grâce au regard plus ou moins soutenant que notre famille portait sur nous.

Le coach devra donc essayer de mesurer à quel moment la bonne image normale du coaché a chaviré, s’est émiettée. Il ne s’agit pas pour lui de l’interroger brutalement là-dessus mais de le mettre en confiance justement pour que, spontanément, il puisse dire : En fait, cela a commencé quand je suis rentré en 6ème ou  C’est à cause de ma mère qui avait tellement peur pour moi que je ne pouvais pas sortir avec des copains.

Le coach doit alors pouvoir renouer, assembler, comme les pièces d’un puzzle, les différents éléments, présents et passés, qui sont à l’origine de sa problématique.

Ni juge, ni gourou, ni consultant, encore moins conseiller, le coach clinique va s’efforcer de redonner du sens à un comportement, un trait de caractère qui se constitue comme un manque et empêche son client de se réaliser. Il reste donc en position basse sur le contenu – ce qui est dit par son client – mais en position haute sur le contenant, le cadre, le respect des modalités de fonctionnement du processus : arriver à l’heure, ne pas manquer ses séances sous un prétexte fallacieux.

Le coach doit, en permanence, faire des allers retours entre l’ici et maintenant et une part du passé de son client, à l’intersection du professionnel et du privé, du sujet en tant que tel – l’histoire individuelle – et de son environnement – le social, le collectif.

Il n’oublie jamais que même si le coaching n’est pas une thérapie, tout coaching est thérapeutique et doit déboucher sur un changement durable, et non pas un simple lifting.


Coaching professionnel – vous travaillez plus agréablement

Un changement de vie professionnelle, une rupture douloureuse suite à un licenciement économique, une démission pour harcèlement, de nouvelles responsabilités au sein d’un groupe international, une installation à l’étranger, démarrer une nouvelle activité, apprendre à être autonome, à dire oui ou non judicieusement, à savoir vous positionner, mieux gérer votre stress et vos émotions, prendre des décisions plus facilement.

L’accompagnement d’une personne qui souhaite réfléchir sur sa pratique professionnelle. Comme dans une thérapie comportementale – TCC – le client vient avec un ou plusieurs objectifs à réaliser et il décide avec son coach et le prescripteur du processus – DRH ou N+1 – du temps qui sera utile pour obtenir les résultats escomptés.

Pourquoi ?

Pour vous aider à atteindre vos objectifs plus facilement. Vous dirigez votre équipe plus souplement et vous obtenez de meilleurs résultats. Vous réussissez votre intégration dans vos nouvelles fonctions. Vous retrouvez un bon équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Vous alignez votre projet sur vos talents. Vous développez de nouvelles compétences comportementales. Vous découvrez ou vous retrouvez votre personnalité profonde, vous bousculez vos habitudes, vous allez plus loin et plus confortablement. Vous faites face à toutes les situations, plus souplement.

Comment ?

Un entretien préalable avec le coach  :

Indispensable car le coach est le plus souvent contacté par l’entreprise. Cet entretien permettra au coach et à son éventuel coaché de mesurer s’ils peuvent travailler ensemble et de commencer à faire une analyse aussi précise que possible de la demande. En effet, Il y a souvent un écart entre la commande de l’organisation et la demande du coaché même si, en apparence, les deux semblent converger.

Le contrat secret entre le coach et le coaché :

En cas d’accord, la première séance permettra de préciser ces points et de repérer la distance entre ce qu’il est convenu d’appeler le contrat effectif – formalisé par écrit avec l’entreprise – et le contrat secret qui se noue entre le coach et son coaché. Il permettra aussi de rappeler la clause de confidentialité entre les uns et les autres, indispensable au bon déroulement du processus. Car si le coach peut communiquer avec le prescripteur sur le contenant – horaires, présence – il ne doit pas communiquer sur le contenu, ce qui se dit à l’intérieur de la séance.

Huit à douze séances sont généralement nécessaires, à raison d’une séance tous les quinze jours d’une durée de 1 heure 30 à 2 heures.


Coaching de vie – vous décidez votre vie personnelle

Une difficulté à vivre votre vie, à la dessiner, à gérer vos relations interpersonnelles, familiales. Une envie de changer de vie, de trouver un espace qui vous ressemble plus et qui vous conduise à une vie plus remplie, plus satisfaisante, plus libre. Apprendre à mieux vous connaître, à dire non, à mieux vous positionner.

Pourquoi ?

Le coaching de vie permet de faire face à une situation qui paraît insurmontable pendant une période de changement ou de crise. C’est une relation d’aide grâce à un accompagnement individuel et personnalisé.

Comment ?

Vous vous alignez sur votre personnalité profonde, vous bousculez ou pas ce qui a vous a construit pour avancer, aller plus loin et vous le faites le plus confortablement possible. Vous retrouvez ou vous développez vos équilibres de vie.

Huit à douze séances sont généralement nécessaires, à raison d’une séance tous les quinze jours d’une durée de 1 heure 30 à 2 heures.


Le Coach – à quoi sert-il ?


Changer ou continuer sa vie – Re-dessiner son avenir – Re-garder le ciel

Le coach a une vocation toute particulière. Il vous aide à découvrir vos talents, à développer vos aptitudes, à en faire un tout-gagnant. Il vous accompagne vers vos objectifs, en bon psychologue de la gestion de projet. Il vous entraîne là où vous n’êtes jamais aller. Il vous fait découvrir des espaces de votre vie jusqu’alors inexplorés. Il vous aide à cultiver votre jardin resté partiellement en jachère. Il aura de bonnes connaissances en psychologie, en psychopathologie et en sociologie. Mais aussi une bonne culture générale, une connaissance pointue des métiers, de leurs exigences. Il bénéficie d’une véritable légitimité en terme de créativité et de développement personnel. Il travaille sur l’autonomie personnelle et professionnelle. Il est empathique et possède une vraie capacité d’écoute bienveillante. Le coach s’interroge régulièrement sur sa pratique grâce à un superviseur.

Pourquoi ?

Le coach vous aide à aller au bout de votre projet. A mieux vous connaître, à trouver les idées et trier celles qui vous conviennent le mieux, à ne pas trébucher devant les obstacles, à les contourner, ou à leur faire face en toute lucidité.  

Comment ?

En étant deux, en miroir avec une personne qui accueille ce que vous dites avec bienveillance et respect, sans juger ni donner de conseils. En profitant de tout votre potentiel développé, ou en gestation. En vous aidant à respecter le principe de réalité – en ne vous entraînant pas dans une aventure perdue d’avance. Grâce à lui votre projet sera à la fois la réalisation concrète de vos besoins et de vos aspirations, mais aussi découverte de talents jusque-là oubliés, ou insuffisamment mis en valeur. Le coach vous permet d’établir un lien entre vie personnelle et vie professionnelle. Il vous aide à développer votre vie pour en faire quelque chose de complet et d’équilibré. Il vous aide à gagner du temps en trouvant l’organisation qui vous convient et convient à votre entourage, qu’il s’agisse de votre famille ou de vos collaborateurs et partenaires. Sa mission est définit dans le temps – entre 8 à 12 séances – le temps de mettre en place tous les éléments qui vous permettront d’avancer et de consolider vos acquis, de les rendre audibles et perceptibles par vous-même et votre entourage. Il vous aide à découvrir et à convaincre ceux qui vous seront d’une aide précieuse, à titre personnel et professionnel.


Un Coaching réussi – Qu’est-ce que c’est ?


Attention à bien choisir votre coach ! L’accompagnement peut être différent selon la personnalité et les valeurs de chacun d’entre eux. Parce que ce qui soigne, c’est la relation et non la méthode, plus votre coach aura un esprit d’analyse et de synthèse, une capacité d’écoute, une créativité spécifique, une culture, une écoute active et une légitimité en terme de pratique, plus vous pourrez progresser.

Une solide confiance en votre coach est une garantie d’avancer plus sûrement. Attendre aussi de lui qu’il vous surprenne, qu’il vous aide à sortir de votre doute ou de vos croyances. Il vous aide, mais c’est vous qui trouvez votre chemin.


Les techniques de Coaching les plus répandues


Ce qui aide, c’est la relation, pas la méthode. Pour qu’il puisse vous accompagner, votre coach a suivi une formation complète – théorie et pratique – aux méthodes reconnues pour leur efficacité. Les plus courantes, en quelques mots :

Ecoute active

Un concept né des travaux de Carl ROGERS, psychologue américain, 1902-1987. L’entretien individuel : une approche centrée sur la personne. L’écoute active est aujourd’hui utilisée chaque fois que la relation interpersonnelle est perçue comme centrale : relation d’accueil et d’accompagnement, relation parents-enfants, groupes de parole, gestion des ressources humaines, management, action commerciale, relations familiales et amicales.

Dans l’écoute active,  l’autre a quelque chose à dire qu’il ne dira que si l’on s’intéresse à lui, et pas seulement à son message. Par l’écoute active, le coach permet à l’autre de se dire et de se révéler à lui-même. Elle est active en ce qu’elle fait naître la parole de l’autre. Elle lui permet de s’exprimer véritablement.

Pratiquer l’écoute active, c’est entendre au plus près ce que l’autre a à dire – reformulations, questionnement, silence, confrontation – de ce qu’il vit. En même temps, elle implique une attitude – verbale et non verbale – qui traduise chaleur, bienveillance et confiance, tout en garantissant une juste distance à l’autre. Ce que Carl Rogers a appelé l’empathie. Subtil équilibre, l’écoute active ne se réduit donc pas à une technique, mais est un savoir-être sans cesse à renouveler.

Ecouter l’autre, c’est offrir à l’autre ce climat facilitateur pour qu’il fasse lui-même son chemin. 

Analyse transactionnelle – AT

Inventée par Eric BERNE – psychiatre américain, 1910-1970 – c’est une théorie de la personnalité, du rapport social et de la communication visant à produire un changement personnel, psychosocial et organisationnel. Une grille de lecture du comportement, un processus responsabilisant.

Gestalt-Thérapie

S’inscrit dans le cadre de la psychologie humaniste et existentielle visant à développer l’autonomie, la responsabilité et la créativité par une vision globale de l’humain en établissant un dialogue entre la pensée, l’émotion et la sensation corporelle.

Programmation neurolinguistique – PNL

Une méthodologie élaborée par Richard BANDLER – auteur – et John GRINDER – linguiste – tous deux américains et contemporains – qui vise à modéliser les compétences cognitives et comportementales de personnes qui réussissent particulièrement bien dans leur profession et à en tirer une synergie positive au changement, au travail et à l’intelligence collective.  


Le secret professionnel


Le coach comme le psy est soumis au secret professionnel. En groupe, les participants s’engagent à ne divulguer aucunes informations concernant les participants. Mais par définition, le secret ne peut être garanti comme lors d’une consultation en individuel.


La prise en charge de votre Coaching


Votre coaching peut être pris en charge par votre entreprise. Une convention entre votre coach et vous, ou en milieu professionnel, une convention tripartite, votre employeur, votre coach et vous.


LUCE – ET VOTRE COACHING


Coach certifié, Psychologue, Psychanalyste et Psychothérapeute, Luce détient trois compétences. Avec elle, vous ferez le diagnostic complet qui vous conduira vers la bonne démarche de développement. Luce vous oriente au mieux de vos besoins et de vos aspirations. Elle vous entraîne vers le travail à entreprendre pour réaliser votre équilibre de vie. Elle est un coach+ qui vous aide à réaliser vos nouveaux projets – à vous développer, à avancer – dans la vie personnelle et/ou professionnelle.

N’hésitez pas à l’appeler pour en parler et prendre la bonne décision de suivi :

Lieu : Issy-les-Moulineaux    

Dates : à définir ensemble.

Durée et coût : 

Séance de groupe de 3 h – 160 € par personne

Séance individuelle 1h : 100 €

Pour vous inscrire : contact@janindevillars.frTéléphone : 06 79 68 88 91


LUCE – ET LA FORMATION AU COACHING 


Coach, manager, dirigeant d’entreprise, vous voulez vous former au Coaching, ou faire certifier votre pratique, c’est simple.

Il existe des stages de 12 à 22 jours – en collectif – qui permettent de se former au coaching ou de développer ses compétences en ce domaine. Ils alternent une approche théorique – fondamentaux du coaching, psychologie des individus, psychosociologie des organisations – à des exercices pratiques, trainings, simulations de coaching. Ils sont destinés à tous ceux qui veulent se former au métier de coach, faire certifier leur pratique quand ils exercent cette profession ou intégrer les outils du coaching dans leur activité professionnelle – RH, managers, coach agile. Il existe également des accompagnements individuels sous forme de coaching.

En savoir plus sur la FORMATION COACHING


LUCE – ET LA SUPERVISION OU L’ANALYSE DE PRATIQUES


Coach, manager, dirigeant d’entreprise, vous cherchez quelqu’un qui vous supervise ou vous aide à veiller sur vos pratiques, sur votre manière d’aborder votre métier d’aide. Vous cherchez un superviseur, un coach chevronné qui vous accompagne dans votre difficile mission, vous la fasse vivre au mieux pour votre coaché, vous-même et votre entourage.

En savoir plus sur COACH ET MANAGER : LA SUPERVISION


LUCE – SES LIVRES ET SES ARTICLES 


Je me reprogramme avec les pensées qui boostent mon bien-être – aux éditions Harmonie Solar.


Quelques extraits : La visualisation positive : Quelle que soit votre situation actuelle, un changement peut intervenir. Nous sentons, de manière impérieuse, que le temps est venu, que nous sommes prêts. A condition que notre intention soit solide, que notre désir de renouveau soit réel.


Psychogénéalogie, coaching et trajectoire professionnelle – De Luce Janin Devillars


Qu’elle est la part de votre pensée qui n’a pas été, de façon décisive, influencée par votre environnement familial initial, votre langue maternelle, l’école, les usages maison, les injonctions parentales ? Celui qui pourrait répondre – seulement 1% – serait probablement le penseur le plus original de son temps. Il y a, aujourd’hui, en dehors de la médecine, deux paradigmes qui se veulent des représentants assez radicaux de la compréhension de l’humain : la psychanalyse et ses variantes, la sociologie.

Pour la psychanalyse, tout l’homme est contenu dans sa libido, son inconscient. L’accent est mis sur le désir, les fantasmes, l’angoisse de castration. Le conflit, ce qui entraîne l’individu à se sentir mal, en dehors des aléas réels de sa vie, est d’abord un conflit intrapsychique : c’est la lutte du moi, conscient et inconscient, contre le ça, sombre, insondable, irrépressible…

Dans la sociologie, l’objet de recherche concerne la fabrication de l’identité sociale. L’individu se résume à l’incarnation biologique et mentale d’une classe, d’une culture. Si vous racontez à un psychanalyste, qu’enfant, vous ne mangiez guère à votre faim en raison de la situation de vos parents et qu’aujourd’hui, bien que votre posture sociale soit différente, vous conservez, face à la nourriture, une attitude d’économie en dépensant peu, il en conclura que la réalité de votre information n’a pas tant d’importance. Il essaiera de vous entraîner sur le chemin de l’oralité, de la relation à la mère. Avez-vous été nourri au sein ou au biberon ? A quel âge avez-vous été sevré ?

Un sociologue, au contraire, fera des difficultés matérielles rencontrées dans votre enfance le moteur même de votre personnalité actuelle. Dans les deux cas, vous êtes prisonnier d’un  tout être social ou d’un tout être psychique. On peut soutenir une autre approche : la sociologie clinique ou socioanalyse. Elle postule que l’être humain se situe à la croisée de facteurs biologiques, psychiques et sociologiques. Autrement dit son hérédité, ses relations interpersonnelles comme son milieu et son environnement constitueront les déterminants de son existence.


Coaching et roman familial – De Luce Janin Devillars


Le coach doit s’inscrire dans les deux voies. En écoutant son client, en l’aidant à faire émerger ses propres solutions face aux challenges qu’il doit supporter, il réalise une navigation constante entre la réalité et l’imaginaire, l’effectif et le fantasme. Comment le parcours professionnel du coaché est-il aussi la conséquence d’une histoire historique dont il cherche à reprendre le contrôle ?

Il s’agit d’établir un lien, une articulation entre les différentes informations afin d’élaborer un récit qui donne du sens à la situation actuelle, à ses points forts et à ses faiblesses. Il s’agit encore de saisir la dialectique entre le singulier et l’universel, la spécificité d’un roman familial  et ce qui fait que ce roman se trouve aussi engagé dans des problématiques communes à tous. A partir de là, le client pourra pointer ce qui, dans la réalisation de ses objectifs, relève de freins inhérents à ses propres hésitations, à ses craintes et ce qui va relever d’une contrainte absolue.

 

Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu, sont celles qu’il découvre par lui-même et qu’il s’approprie.
Carl ROGERS, psychologue humaniste américain, 1902-1987