Le billet

Dans cette mince feuille tu renaîs

si fort que j’entends battre ton coeur

et vois saillir les veines en marge

Elle palpite et se crispe

Tu l’animes

Elle tremble

Les mots comme des flocons de neige

tombent et nous atteignent

fondent et disparaissent

se retrouvent et renaissent

intemporels et plus vivants que le hurlement du loup

 

Feuille et chair

chair et os

Le masque se soulève

il parle enfin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.