Musique de la douleur

Rire jusqu’à en crever

pleurer jusqu’à en rire

 

Afin que la douleur jaillisse de la peau

comme une fleur du mal géante et épanouie

 

Ou bien creuser son trou

comme une bête

s’y enfouir

croire pour ne plus croire

penser jusqu’à l’absurde deviné

pour que les pas sonnent le creux dans la tête

pour qu’ils soient confondus avec le souffle

d’une fantastique horloge

 

La douleur se fait douce alors

Elle fait comme une seconde peau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.