Psychanalyste


Luce JANIN Devillars vous parle de Psychanalyse


Pour bien comprendre ce qui se passe et de quel bois nous nous chauffons, il est bon d’accepter de prendre en compte l’ensemble de ce que nous sommes, et de ce qui se passe dans notre environnement, dans notre esprit. Pas question de ce dire que tout est la faute des autres et que nous n‘y pouvons rien. Reste à avoir toutes les cartes en mains…

Sigmund Freud, neuropsychiatre autrichien, 1856-1939, est le théoricien de la psychanalyse, cette investigation des processus psychiques profonds, propres à chacun. La psychanalyse, une exploration de la vie psychique – entre conscient et inconscient – pour essayer de décrypter, d’élucider et de comprendre ce qui est à l’origine de certaines pensées, de certains actes, de certaines pathologies. En bref, permettre au patient de mieux connaître le pourquoi de son comportement, de ses difficultés et d’y apporter compréhension et remède.


La Psychanalyse – Pourquoi ?


Le fonctionnement psychique d’un individu peut se diviser en trois parties : le ça , qui représente l’inconscient, le surmoi, qui regroupe les différentes valeurs morales d’une personne, surmoi hérité des parents et le moi, qui correspond à ce que nous appelons la conscience mais qui est, en même temps, conscient et inconscient. Sachant que le surmoi est, lui aussi, inconscient.

La psychanalyse accorde beaucoup de place à l’inconscient. Elle décrypte ses messages à travers les rêves, les actes manqués, les lapsus… Elle s’intéresse aussi aux mécanismes de défense, des processus inconscients qui protègent la personne de souvenirs trop douloureux ou d’actes difficiles à accepter, en particulier le refoulement. Sans oublier la prise en compte des désirs sexuels et des pulsions refoulées.

La psychanalyse s’adresse aux personnes souffrant de difficultés variées, troubles psychiques qui modifient leur comportement ou troubles de santé à répétition qui ne répondent pas à la médecine comme les troubles fonctionnels – maux de ventre à répétition par exemple sans réelle inscription somatique. Mais elle s’intéresse aussi aux phobies, aux crises d’angoisse, à tout ce qui, d’une manière ou d’une autre entrave le bien-être d’une personne. Elle peut également intéresser une personne souhaitant simplement mieux se connaître et vivre en meilleure harmonie avec elle-même et les autres.

En revanche, la psychanalyse ne traite pas les psychoses – pathologies mentales non conscientes – telles que la schizophrénie, la paranoïa, les hallucinations psychiatriques, la psychose maniaco-dépressive ou les troubles bipolaires… Par contre, elle permet d’accompagner un patient souffrant de ce genre de troubles en association avec un psychiatre qui prescrira des médicaments


La Psychanalyse – Comment ?


Une psychanalyse peut nécessiter plusieurs années de travail, à raison d’une à trois séances par semaine – comptez environ 45 minutes par séance. Il existe aussi des psychanalyses courtes – rien n’est défini à l’avance – tout se décide durant votre parcours analytique.

Physiquement, le patient est souvent allongé, le psychanalyste se tenant assis derrière vous, ou face à vous. Il parle peu durant les séances, préférant analyser ce que vous lui raconter, mais en intervenant de temps en temps afin de vous guider dans votre exploration.


La Psychanalyse – Qu’est-ce que cela peut vous apporter ?


Entrer en analyse, c’est choisir de s’investiguer en profondeur. C’est reconnaître qu’on n’efface pas en quelques jours ou quelques semaines des difficultés qui se sont en place depuis longtemps. C’est décider de s’accorder du temps à soi, d’ouvrir un espace de réflexion à des champs inexplorés. C’est accepter de se responsabiliser sur ce qui vous arrive et se ré-approprier sa vie.

Dans ce temps consacré  à votre introspection, les premiers effets peuvent être plus rapides qu’on ne l’imagine au début. Reste ensuite votre motivation, votre capacité à examiner votre existence en pleine conscience, à accepter vos découvertes, à accepter de vous confronter à la réalité, à une réalité souvent refoulée par besoin de protection, d’affection, de reconnaissance.

Votre psychanalyse sera ce que vous en ferez, dépendra de votre capacité à regarder votre vie avec lucidité. A vous pardonner et à pardonner aux autres.

Comprendre – ou com-prendre – soit  prendre avec le pourquoi de vos difficultés ne vous mènera pas, forcément, à la félicité idéale. Vous changerez des habitudes, des comportements, vous en conserverez d’autres mais vous le ferez d’une manière consciente en répondant librement à vos besoins. En décelant les schémas répétitifs – c’est à dire névrotiques – qui vous entravent, vous gagnerez en autonomie et ferez aussi de votre passé une richesse.

Nous ne sommes pas tous égaux devant la capacité à prendre conscience de ce qui nous freine. Déchiffrer seul certains comportements, voire ses problématiques inconscientes semblent difficiles. L’inconscient étant, par définition, inaccessible à la conscience. La présence d’un accompagnant, d’un écoutant empathique ne peut que s’avérer positif.  


LUCE – ET VOS ANCETRES


Psychologue, psychothérapeute et psychanalyste, Luce JANIN DEVILLARS s’intéresse à tous les éléments de votre personnalité – à tout ce qui vous constitue et fait de vous une personne singulière. Toutes les réflexions sont bonnes pour mieux comprendre le pourquoi de nos souffrances. A ce titre, Luce peut vous entraîner vers la psycho-généalogie, appelée par certains autres analystes, la psychanalyse transgénérationnelle.

Les souvenirs oubliés – Une vieille maison retrouvée, le passage d’une vie à une autre

Une pratique clinique développée par Anne Ancelin SCHÜTZENBERGER – psychologue et psychothérapeute française, 1919-2018 – qui vise à faire émerger les événements, les traumatismes, les secrets et les conflits vécus par vos ascendants. Des situations qui conditionnent nos forces et nos faiblesses, nos troubles psychologiques, nos maladies, voire certains de nos comportements étranges ou inexplicables.

Françoise DOLTO, pédiatre et psychanalyste française, 1908-1988 – se posait également la question de savoir si nous ne souffrions pas à cause de nos ancêtres.

Les psychanalystes Nicolas ABRAHAM, 1919-1975 et Maria TOROK, 1925-1998 ont également étudié ce qu’ils appellent le travail du fantôme. Un mort non enterré – au sens psychologique et symbolique du terme – qui revient tourmenter l’un de ses descendants en l’amenant à se comporter de manière curieuse, incompréhensible.

La psycho-généalogie, c’est l’art de remonter les générations, de rechercher les faits marquants – ce que les générations précédentes n’ont pas su résoudre, ce qu’elles ont fait de bien ou de mal – et de décortiquer ces faits, de les analyser, d’en déduire les incidences sur nous-même et notre entourage.

Qu’est ce que vous n’avez jamais vécu, dont vous connaissez à peine l’existence, voire pas du tout, mais qui, inconsciemment, empêche de mieux vivre et emprisonne ?

 

 

Pourquoi ?

Nous sommes le résultat de plusieurs filiations. Celles de nos deux parents comme celle de tous les ascendants qui les ont précédé. Origines géographiques, lieux de vie, études -ou non et métiers, culture et usages familiaux, croyances religieuses ou pas, nos deux filiations constituent un immense puzzle dont notre existence es impactée. On y retrouve encore des dettes non seulement économiques mais émotionnelles, de l’argent prêté et jamais rendu, des enfants mieux aimés que d’autres, tout un héritage – réel comme symbolique – qui aura de l’influence sur notre histoire. Une sorte de « grand livre des comptes ».

Comment ?

C’est un travail de recherche qui passe par l’établissement de son arbre généalogique à partir de tous les éléments que vous pourrez rassembler : souvenirs des parents, des grands parents, de la famille élargie, des amis, de tous ceux qui, vivants encore, peuvent vous éclairer sur le passé de votre histoire avant et depuis votre naissance. Mais aussi les documents officiels (extraits de naissance, actes notariés), les lettres, les journaux intimes, les photos…


LUCE – ET VOTRE ANALYSE PSYCHANALYTIQUE


Luce vous écoute, vous entend. Elle vous fait faire un travail intellectuel et psychique en nuances et en profondeur au plus près de vos ressentis et de vos interrogations. Vous en ressortez plus lucide, plus libre – allégé mentalement et physiquement. N’hésitez pas à lui en parler ouvertement, à voir ce qui peut vous être le plus profitable. 

Lieu : Issy-les-Moulineaux

Dates : à définir ensemble.

Durée et coût : 

Séance individuelle 1h : 100 €

Pour échanger avec Luce : contact@janindevillars.frTéléphone : 06 79 68 88 91


LUCE – SES LIVRES ET SES ARTICLES


Ces morts qui vivent en nous – aux éditions Fayard

Quelques extraits :

Les décès à répétition, dans une famille, entrainent fréquemment l’impossibilité de faire un véritable deuil car chaque perte réveille la douleur de la précédente. Ces morts littéralement enkystées dans les survivants ne parviennent pas à se symboliser, à trouver leur place dans la chaine de la vie et des souvenirs. La déliaison est devenue la voie normale des relations humaines. Que ce soit dans le travail ou dans le couple, on ne s’engage plus pour la vie. La mort en est d’autant plus éludée. Nous sommes souvent assignés à gérer plusieurs vie successives sur un modèle assez proche de la réincarnation.


Psychanalyse et complexité – de Luce JANIN DEVILLARS

Le psychanalyste travaille avec ce qu’il est convenu d’appeler le fantasme. Le discours du patient, aussi organisé soit-il, est à entendre du côté du signifiant; soit de ce qui, derrière l’enchaînement apparemment logique des mots et des idées, va produire un autre sens. Je parle ici d’un discours névrotique sans attache avec l’hallucination ou le délire. La névrose étant l’ordinaire de chacun, nous sommes tous, plus ou moins, des normaux-névrosés.

L’inconscient freudien s’organise donc comme un espace fondamentalement différent du discours manifeste qui retient habituellement l’attention.

Pour user d’une métaphore graphique, ce n’est pas le message étranger que le chercheur s’efforce de décoder à partir d’un vieux parchemin, c’est un autre texte, calligraphié en-dessous, qu’il faudra, par exemple, lire en se servant d’une bougie pour dans les pleins, les déliés et les blancs d’une écriture sans épaisseur, permettre à la vérité de se dévoiler.

L’inconscient

Dans un article sur l’inconscient, Freud – Métapsychologie – écrit d’ailleurs dans le premier paragraphe sous le titre justification de la notion d’inconscient : … les données de la conscience sont continuellement lacunaires; aussi bien chez l’homme sain que chez le malade, il se produit fréquemment des actes psychiques qui pour être expliqués, présupposent d’autres actes qui, eux ne bénéficient pas du témoignage de la conscience.

Un texte littéraire illustre parfaitement cette hypothèse. Dans son livre Les mots pour le dire – aux éditions Grasset, 1975 – l’auteure, Marie Cardinale, raconte qu’elle souffre d’hémorragies non justifiées sur le plan médical. Elle décide de commencer une psychanalyse et apporte cette plainte à l’analyste qui lui rétorquera : Ce sont des troubles psychosomatiques, parlez-moi d’autre chose.

Son thérapeute exige ainsi qu’elle s’aventure au-delà de la réalité pour laquelle elle est venue consulter. Cet au-delà, c’est le conflit intrapsychique. Il pose que ce conflit, générateur de souffrance pour la personne, ne se situe pas entre le moi et l’extérieur mais qu’il est installé à l’intérieur de la personne où il entraîne une sorte de « division ».

Partant de là, on pourrait dire que la réalité est de peu de poids dans une psychanalyse. Que tout sentiment exprimé par le patient sur un certain mode – Je n’ai jamais détesté ma sœur, par exemple – serait inévitablement à interpréter du côté de la dénégation, un désaveu inconscient de quelque chose de vrai. Autrement dit : J’ai détesté ma sœur.

Or, qu’est-ce que la réalité, sinon une reconstruction subjective – après coup – de la façon dont la personne a retenu son histoire relationnelle. Une histoire qui s’inscrit aussi dans un cadre socio-historique déterminé, à tel moment, à telle date, avec des intrications entre le social et le psychique.

La souffrance psychique et le psychanalyste 

Dans la souffrance psychique de n’importe quel sujet, on relève toujours l’existence d’amalgames, de nœuds interpersonnels entre des déterminants réels et la manière fantasmatique que la personne en retiendra.

Un psychanalyste doit donc aussi être attentif au discours sociologique latent, origines sociales, trajectoires parentales mais aussi projets formés par les parents pour leurs enfants. Ce qui ne met pas un frein à d’autres interprétations du côté du fantasme. Ainsi le projet parental et la façon dont il aura été réalisé ou, au contraire, abandonné par le sujet, va pouvoir donner accès à la compréhension et à la résolution de certains symptômes.

J’en ai moi-même fait l’expérience en découvrant, chez un patient souffrant d’éjaculation prématurée, l’intrication d’un conflit sexuel – une représentation de la scène primitive – et d’un conflit social centré autour de la honte – humiliation publique du père. Les deux scènes ayant entraîné une émission incontrôlable d’urine qui n’avait pu être traitée ni par la médecine, ni par une cure traditionnelle. Une cure que j’ai relaté dans le livre de Vincent de GAULEJAC et Claude COQUELLE, La part de social en nous, Sociologie clinique et psychothérapies, p. 133, aux éditions Eres – 2017).


Analyse systémique et psychanalyse – de Luce JANIN DEVILLARS

C’est Paul WATZLAWICK, psychologue, psychothérapeute et psychanalyste américain, 1921-2007, qui fonde, dans les années soixante, les thérapies systémiques familiales. Ce sont des thérapies brèves, par opposition aux thérapies de type psychanalytique et aux psychothérapies de longue durée ou de fidélisation. Elles vont se développer au sein de l’école de Palo Alto aux Etats Unis.

Le systémicien

Il s’agit d’écouter le patient avec une approche globale des problèmes et des questions qu’il pose. Le systémicien va donc considérer que le symptôme qu’il présente est le résultat d’un dysfonctionnement de tout l’environnement dont il fait partie intégrante. Selon les systémiciens, il n’y aurait pas de fou, mais seulement des relations folles. Autrement dit, tout comportement est adopté en interaction avec autrui, enchevêtré dans un réseau relationnel.

Ainsi, avec un alcoolique, l’approche systémique s’efforcera de traiter l’ensemble du système relationnel de la personne. Celle-ci n’est plus le bouc émissaire d’un système familial dysfonctionnant mais le résultat de ce dysfonctionnement et son héraut, au sens de celui qui dit ce qui ne va pas dans le système. Un comportement alcoolique peut avoir été adopté pour se conformer à certaines attentes : se souler comme un autre membre de la famille, oublier, grâce aux propriétés euphorisantes de l’éthanol, souffrance et violence.

Le systémicien ne va donc pas rechercher à retracer la genèse du problème, mais plutôt chercher comment agir sur cet état relationnel pour que la  part sociale de ce qui entraîne ce comportement cesse le plus rapidement possible ; ceci sans remettre en cause la dépendance physique qui peut aussi faire l’objet d’une approche médicale.

L’analyse transactionnelle

La théorie des jeux psychiques développée par l’analyse transactionnelle s’inspire aussi, dans une moindre mesure de l’analyse systémique. Elle montre que, dans une communication défaillante ou une relation pathogène, chaque acteur adapte son comportement à celui de l’autre, selon un scénario prédéfini afin de maintenir les protagonistes dans leurs systèmes respectifs.

Le modèle général de ces jeux psychiques est le Triangle dramatique de Karpmann, du nom de son inventeur, Stéphane KARPMAN, psychiatre, où l’on retrouve, aux trois points du triangle, des rôles de persécuteur, victime et sauveur. Autrement dit, tout ce qui nous fait mal dépend aussi d’une histoire personnelle, familiale, psychologique mais aussi culturelle et sociale

Si être psychanalyste c’est la capacité de se laisser surprendre,  alors rien de ce qui est dit dans la cure ne doit nous échapper.

 

Les souvenirs oubliés ne sont pas perdus.
Sigmund FREUD, neuropsychiatre et psychanalyste, 1856 – 1939.