Rouge et noir

Sang et neige

La pluie s’accroche au miroir fêlé du ciel

tranchantes gouttelettes

Le vent râle ou bien

c’est le vieil homme

au seuil de la mort

 

Sang et neige

le ciel s’est embrasé

Des éclairs claquent

Le doigt sur la gachette

un oiseau voudrait s’emparer de la lumière

Mais elle glisse

et se faufile

et toujours plus haut

vole

 

Faim et sang

Une vieille crainte renaît dans les maisons où se terre le sang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.